Consommer des produits locaux ou responsables, réparer, réutiliser… la tendance est à l’impact positif, et notre carte bleue se révèle un véritable bulletin de vote pour indiquer aux marques nos priorités. Attention tout de même aux arguments que vous employez : les consommateurs sont plus informés que jamais…

Pour éviter de tomber dans le piège du greenwashing, Kat Borlongan, notre Chief Impact Officer, s’est prêtée au jeu des questions pour partager ses convictions pour faire du “vrai” impact.
Bonne lecture !

📈 1 – eCommerce : des attentes croissantes de la part des consommateurs – Le Data snack

👉  + 96,5 % – la croissance des ventes eCommerce entre 2020 et 2021 (source : Oberlo)
👉  + 5,24 % – la croissance annuelle prévisionnelle entre 2021 et 2025 (source : Statista)
👉  15 % – la part des consommateurs affirmant qu’acheter en ligne est une source de bonheur (source : Contentsquare Digital Happiness Pulse)
👉  + 2 pts – l’augmentation des taux de rebond moyens (de 47 à 49 %) entre 2020 et 2021 (source : Digital Experience Benchmark 2022)
👉  41 % – la part des consommateurs qui ont eu recours au Click&Collect au 1er semestre 2021, une progression de 10 % (source : Fevad)
👉  62 % – la part des consommateurs qui affirment être plus attentifs à l’impact environnemental de ce qu’ils achètent (source : Observatoire de la Consommation Responsable)

[Rapport] Digital Experience Benchmark 
Chaque visite utilisateur compte : data et insights

Analysez les KPIs pour booster votre croissance et la satisfaction client

Accéder au Benchmark

♻️ 2 – Décret sur la neutralité carbone des produits : attention au greenwashing – Le résumé d’article

Alors que les consommateurs se préoccupent de plus en plus du climat et de l’impact de leurs achats, Carbone 4, le cabinet de conseil de référence sur les enjeux énergie et climat, alerte sur le greenwashing institutionnalisé.

Vous avez entendu parlé de la loi “Climat et Résilience” ? Issue des travaux de la Convention citoyenne pour le climat, la loi qui lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets a été promulguée et publiée au Journal officiel le 24 août 2021. Isolation des logements, dépollution des villes, interdiction des vols domestiques courts, encadrement de la publicité… Tous les domaines de la vie publique et privée sont concernés, avec pour objectif d’accélérer la transition écologique dans tous les domaines de notre quotidien.

Une mesure a pourtant été transformée avant son adoption en juillet 2021 : les modalités de mise en œuvre de la communication, de la part des annonceurs, des mentions de neutralité carbone des produits et services. Si l’esprit initial de la loi était d’interdire les allégations abusives de “neutralité carbone” des produits et services, conformément à l’avis de l’ADEME (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le texte de loi finalement adopté ajoute une exception d’apparence anodine : si l’entreprise est capable de fournir des preuves relatives à la mesure, à la réduction et à la compensation des émissions dudit produit, elle gagne alors le droit de communiquer sur sa “neutralité” sans risque de se faire attaquer.

En quoi cet amendement est problématique ? Carbone 4 prend l’exemple d’un baril de pétrole. Il suffirait à une entreprise pétrolière de :

  • calculer les émissions d’un baril de pétrole, de la production à l’usage ;
  • de s’engager à un plan de réduction des émissions quelle que soit son ambition, même de 0,1 % (et sans même avoir à le respecter) ;
  • se contenter de faire stagner les émissions des barils au cours du temps ;
  • et compenser le tout en achetant des crédits carbone ou en plantant des arbres qui mettront une vingtaine d’années à commencer à capter efficacement du CO2.

Dans ces conditions, peut-on vraiment parler d’un baril de pétrole neutre en carbone ? Ne nous y trompons pas, les consommateurs sont plus informés et impliqués que jamais, et le greenwashing peut se révéler un jeu dangereux pour qui s’y risquerait. Les comptes Pour un réveil écologique, Perle de Greenwashing et autres brigades anti-greenwashing veillent au grain.

🎯 3 – L’impact selon Kat Borlongan, Chief Impact Officer chez Contentsquare – 3 questions à…

Kat de ContentsquareAnciennement Directrice de la Mission French Tech, Kat Borlongan a récemment rejoint les équipes de Contentsquare en tant que Chief Impact Officer (CIO). Sa mission : renforcer l’impact social de la société et mener à des résultats concrets. J’ai voulu en savoir plus sur sa définition de l’impact et comment éviter de tomber dans le piège du green / social / impact washing.

Qu’est-ce que ça veut dire faire de l’impact quand on est une entreprise dans le digital ?

« Il y a trois façons d’envisager l’impact. On peut le considérer comme un portefeuille de projets, qui ne sont pas nécessairement liés au business de l’entreprise. Il est ainsi possible de déployer sa stratégie et sa roadmap et, en parallèle et de manière ponctuelle, de planter quelques arbres ou organiser un gala de collecte de fonds pour une cause chère à l’entreprise.

L’impact peut aussi être considéré comme de la tactique pure, au service du seul et unique objectif de votre entreprise : développer le business. Dans ce cas de figure, l’impact sert le marketing, l’engagement des collaborateurs, la gestion des risques, le lobbying, etc. Les KPIs liés à l’impact alimentent donc directement les KPIs de ces activités.

Mais on peut aussi considérer l’impact comme une fin en soi, un résultat, une autre façon de définir le succès, au même titre que la croissance et les revenus. Contentsquare fait partie de la troisième catégorie. […] Nous ne pouvons pas devenir l’une des plus grandes entreprises SaaS au monde si nous ne créons pas des impacts positifs pour l’humanité et la planète. »

 

Tu as annoncé les priorités de Contentsquare en matière d’impact : accessibilité, causes sociales, climat, diversité, protection de la vie privée… Peux-tu nous en dire plus sur des objectifs chiffrés et une timeline pour ces projets ?

« Si nous essayons de tout faire en même temps, nous finirons par ne rien changer du tout. Il faut choisir ses batailles ; pour cela, nous nous sommes posé deux questions :

  • Comment pouvons-nous contribuer aux principaux changements que nous souhaitons voir advenir dans le monde ? Dans la lignée de notre mission originelle : donner aux entreprises la capacité de créer des expériences digitales que les gens aiment, recherchent, méritent. Des expériences digitales rendues humaines.
  • Comment pouvons-nous contribuer à cela ? Où les employés, les produits et les partenaires de Contentsquare peuvent-ils faire la plus grande différence ?

Sur la base de ces questions, nous avons choisi plusieurs combats : l’accessibilité (numérique), l’éco-conception (numérique) et la confiance (numérique). Cela dit, avant de donner du pouvoir aux autres, nous devons d’abord faire notre part […] ».

Comment éviter de tomber dans le greenwashing, le social washing, ou l’impact washing ?

« Dans chacun de ces termes, “washing” implique de raconter un peu tout et n’importe quoi, tant que cela fait croire que l’entreprise est plus orientée vers le climat/social/impact qu’elle ne l’est en réalité.

Il est très facile d’éviter ces écueils si l’engagement est sincère.

  • Premièrement, joignez le geste à la parole – les beaux discours n’engagent à rien, ce qui compte ce sont les résultats
  • Investissez pour accélérer dans ces domaines : climat, diversité, inclusion, confiance numérique, …
  • Ne faites pas de l’impact une affaire de marketing
  • Restez humble […] »

👉 Pour lire l’intégralité de l’article, c’est ici.

✨ 4 – 3 conseils UX / UI pour créer des pages produits engageantes – Tips & bonnes pratiques

À l’heure où de plus en plus d’utilisateurs privilégient le digital et achètent régulièrement auprès d’une marque sans même mettre les pieds dans une boutique, offrir une expérience de navigation engageante est plus que jamais indispensable – et plus particulièrement sur les pages produits.

Nos experts UX / UI partagent dans cet article 3 tips pour améliorer vos pages produits. Voici les points clés à retenir :

#1 Opter pour une mise en page qui encourage à poursuivre la navigation

Quelques idées de mise en page :

  • Jouer avec les multimédias : superposition d’images, alternance de photos et de vidéos, …
  • Disposer la page en Z pour attirer l’œil de gauche à droite et encourager à continuer la navigation

ux tips image 1

#2 Valorisez les caractéristiques du produit

Le consommateur doit comprendre en un clin d’œil l’utilisation du produit, sa taille, et toutes les informations pertinentes pour l’aider à prendre sa décision. Pour celà, privilégiez toujours les interfaces utilisateurs interactives et les formats horizontaux sur mobile, pour afficher plus d’informations simultanément.

go-pro-NL

#3 Expérience produit : intégrez une fonctionnalité attractive

Exemples de fonctionnalités pour vous différencier :

  • utiliser la technique du collage avec des éléments multimédias riches et statiques
  • intégrer des images cliquables et shopables en un clic sans sortir de la page

like-full-NL

À vous de choisir ce qui vous correspondra le mieux pour vos pages produits. Assurez-vous de respecter ces trois grands principes : inspirer, informer et favoriser l’achat. 

Pour retrouver l’ensemble des conseils, c’est ici 👉 https://contentsquare.com/fr-fr/blog/experience-produit/

💻 5 – Optimiser son site grâce à la data : la stratégie de JanSport – Ils l’appliquent à merveille

Comment optimiser son site pour aider le visiteur à trouver ce qu’il cherche, plus rapidement et plus facilement, en se basant sur des données plutôt que des hypothèses ? C’est la question que s’est posée JanSport, un retailer spécialisé qui propose des sacs à dos, des sacs et des accessoires durables, fonctionnels et polyvalents. L’objectif : rendre le site plus fonctionnel, sans sacrifier ni le design, ni l’expérience.

jansport

La première étape de ce projet d’optimisation a consisté à consolider des insights comportementaux et des données de performance du site : heatmaps, taux de clic (le fameux CTR), taux de conversion, … Ces data ont permis d’identifier les filtres de recherche les plus utilisés, la façon dont les utilisateurs atterrissent sur les pages catégories et les articles les plus populaires. L’équipe a ainsi pu déterminer avec précision les éléments à optimiser, à ajouter ou à moderniser.

Résultats : le CTR de la navigation a gagné 3 points, passant de 10 % à quasiment 13 %. Et le taux de conversion du site a pratiquement doublé – passant de 5 % à 9 %.

Découvrez les détails de ce projet d’optimisation dans l’interview d’Ashley Peterson, Senior eCommerce Analyst chez JanSport.

Retailers : découvrez les hacks de nos experts 

+30 pages d’interviews d’experts et de marques 

Je télécharge

🏬 6 – L’événementiel B2B, un secteur en plein bouleversement – Interview d’expert

Depuis janvier 2022, la tendance d’abord timide s’affirme de plus en plus : les événements B2B reprennent en physique – ou en hybride. AWS Summit, Retail’Days, One to One Monaco, Personalize & Convert, … Après un premier mouvement de soulagement à l’idée de se revoir en physique, l’événementiel B2B va-t-il revenir au modèle d’avant la pandémie ?

Le pic effréné des événements digitaux en 2020 à mesure que la crise sanitaire s’installait dans la durée a peu à peu laissé la place à l’hybridation tandis que les jauges de remplissage limitait le nombre de participants en physique. Double effet kiss cool de ce nouveau format : au-delà de la reprise même des événements, la participation de personnes présentes aux quatre bouts du monde est grandement facilitée par l’option digitale. Par ailleurs, les événements virtuels présentent un ROI plus intéressant que les événements physiques au vu du coût de revient de l’organisation – c’est ce qu’affirment 78% des marketeurs interrogés par ON24.

C’est tout l’enjeu du marketing événementiel 3.0 : rendre les programmes événementiels, tant en personne que digitaux, évolutifs et mesurables, en expérimentant constamment différents thèmes et formats. Car le marketing événementiel est devenu progressivement un des meilleurs moyens d’engager et de maintenir le contact avec son public, en l’aidant à apprendre et à se développer grâce à ses pairs et aux leaders du secteur – et ce n’est pas près de changer.

💡 Pour s’inspirer : Les entreprises à suivre

Ce mois-ci, je me suis intéressé aux entreprises à impact, celles qui font de la “vraie” RSE :

🏢 Retail fashion éco-responsable : Twothirds (matières écologiques), Asphalte et Atelier Unes (vêtements en pré-commandes), Caval (production locale et bas carbone)

🏢 Cosmétiques bio et durables : Lamazuna, Unbottled
🏢 Économie circulaire : Murfy (réparation et reconditionnement d’électroménager), Back market (reconditionnement d’appareils électroniques), Recommerce (reconditionnement de smartphones)

🏢 Fintech : Helios, Green-Got et La Nef, 3 banques ou solutions d’épargne éthiques

🏢 Telco : TeleCoop (Le premier opérateur télécom coopératif engagé dans la transition écologique et solidaire).

Les événements à ne pas manquer

Quand je vous disais que l’événementiel repart à la hausse ! Ma sélection pour le mois de mai :

👉 La conférence “Les NFT comme Levier Marketing, Relation Client & RP” organisée par ebg – le mercredi 4 mai en visio

👉 L’incontournable Digital CX festival – le jeudi 5 mai, à Londres et en virtuel

👉 Pour continuer sur la thématique de l’impact, le Sustainable Leaders Forum – le jeudi 12 mai à Paris

Mes recommandations à lire et à écouter

Newspaper
Si l’industrie a connu une année record en 2021. Cette reprise qui semble indiquer une réindustrialisation est cependant à nuancer, comme l’explique cet article.
Speech bubbles Une newsletter sur les cryptos par une influenceuse TikTok ? Et pourtant c’est du sérieux !
Telco
Le Rendez-Vous Marketing avec Danilo Duchesnes, un podcast pour développer son acquisition de clients en ligne via les différents canaux du marketing digital à travers des interviews d’experts et d’entrepreneurs à succès.

Rendez-vous le mois prochain pour toujours plus de tendances, data et hacks dans la prochaine lettre de l’Expérience Digitale !

À très vite,
Geoffrey