Comment Avon a augmenté les revenus de ses carrousels produits de 35%

Marque historique de produits de beauté, Avon a su se construire une excellente réputation, qui repose en partie sur sa vaste communauté d’ambassadeurs. L’entreprise, qui a massivement investi dans la transformation digitale, a ainsi pour objectif premier d’offrir à son audience hyper-connectée une expérience fluide.

Un carrousel peu vu mais très prometteur

En analysant la page de la catégorie « Maquillage », l’équipe digitale d’Avon a découvert que le carrousel de produits affichait un faible taux d’exposition : 40 % des visiteurs ne le voyaient pas.

S’ils visualisaient bel et bien la bannière en haut de page, ils ne scrollaient pas jusqu’au carrousel, situé sous la ligne de flottaison.

Parallèlement, cette zone présentait un taux d’attractivité élevé : les visiteurs étaient enclins à cliquer sur le carrousel lorsqu’ils y étaient exposés. Mieux encore, la conversion par clic révélait qu’un fort pourcentage de visiteurs ayant cliqué sur le carrousel concluaient leur session par un achat.

Des données actionnables qui indiquent les optimisation à suivre

Comment améliorer l’exposition, l’engagement et la conversion de ce carrousel ? Avant de mettre en œuvre le moindre changement, l’équipe digitale d’Avon décida d’exécuter un A/B test, en réduisant la hauteur de la bannière et en remontant le carrousel plus haut sur la page.

Des augmentations de revenus à deux chiffres

Exposition, clics, temps passé, revenu : l’essai a eu des résultats spectaculaires. +44 % pour le taux d’exposition, +24 % pour taux de clic, +5 secondes passées en moyenne sur la page et +35% de revenus pour la zone. Sans oublier les taux de rebond et de sortie, qui ont tous deux diminué. L’impact sur la bannière, réduite pour remonter le carrousel, a été de façon étonnante lui aussi positif : +2% de revenu !

Téléchargez l'étude de cas