Afin d’apporter un certain nombre de réponses durant cette période incertaine, nous suivons l’impact du coronavirus sur les comportements en ligne des consommateurs. Accédez aux dernières données dans notre Data Hub dédié à l’impact du Covid-19 sur l’e-commerce.

 

L’amélioration de la situation face au Covid-19 dans le monde ouvre la voie pour certains pays à une stratégie de déconfinement. Parmi ces pays, une partie supprime progressivement les restrictions mises en place ces derniers mois. En Espagne comme en France, ce lundi a marqué la levée d’une partie des mesures liées au confinement : les commerces de petites tailles ont pu rouvrir leurs portes sous réserve de respecter les mesures sanitaires et de distanciation. Au Royaume-uni le gouvernement prévoit pour la sortie de confinement, la réouverture des commerces de biens non-essentiels dès le 1er juin. Aux États-Unis, plusieurs états ont déjà levé certaines mesures, autorisant par exemple Macy’s à rouvrir 68 de ses 500 magasins le 4 mai.

Depuis le début du confinement Contentsquare analyse de près l’impact de cette situation inédite sur le eCommerce, dans le but de comprendre les conséquences de cette crise sur les comportements en ligne des consommateurs, et ce dans toutes les industries. Chaque semaine nous comparons les données de trafic, transactions et d’engagement de la semaine précédente avec celles de la période pré-confinement, c’est-à-dire les 6 premières semaines de l’année, appelée période de référence. 

Alors que de nombreux pays entrouvrent la porte à une reprise de l’économie, voici ce que nous avons pu observer :


Pour la première fois depuis 7 semaines, le trafic ralentit

Même si cela reste peu visible sur l’ensemble de la période de confinement, cette dernière semaine, le trafic en ligne a connu un coup d’arrêt après des semaines de croissance. Le volume de visites reste toutefois bien au-dessus, +30%, par rapport à Janvier et Février derniers (période de référence). Idem pour les transactions, qui malgré un recul de -3% la semaine passée, demeurent bien plus fortes comparé à la période pré-crise avec une augmentation de +44% au global. En ce qui concerne l’engagement (temps passé par session), celui-ci a connu début Mars un démarrage fort suivi d’une chute notable, le ramenant désormais à des niveaux normaux.

Le déclin en trafic de -21% en Allemagne peut s’expliquer par la réouverture de tous les magasins depuis le 6 Mai. Les transactions en ligne ont, elles aussi, chuté (-17%) laissant entendre qu’une partie des achats passés en ligne étaient repassés en physique. Malgré tout, les ventes en ligne restent en forte augmentation par rapport à la période pré-crise, +48%. 

 


L’été arrivant, les consommateurs se préparent à la reprise du sport

Qu’il s’agisse d’une météo plus clémente ou d’un horizon plus optimiste grâce à la levée de certaines restrictions, les articles de sports ont la côte ! Et notamment du côté des sites spécialisés dans les articles de sport : +10% de trafic en une semaine soit un total de +41% de visites supplémentaires depuis le début de l’épidémie. Quant aux transactions, elles sont aussi en augmentation de +6%, et c’est +124% que l’on observe sur toute la période !

Ce pic de trafic et de transactions est particulièrement visible au Royaume-Uni avec +14%. En France en revanche, l’engouement reste frileux avec seulement +5% de trafic la semaine passée et +2% de transactions. 


Les transactions dans le tourisme ne s’arrêtent plus : une nouvelle semaine de croissance à deux chiffres

Le constat est sans appel, s’il y a bien un secteur impacté par la crise du Coronavirus, il s’agit du secteur du voyage (-74% de visites par rapport à la période de référence). La baisse des transactions, de -85%, est encore plus vertigineuse. Pourtant, les prémices d’un rebond sont bien là : la semaine dernière, les transactions sont reparties à la hausse avec +26%.

Malgré tout, selon les pays, les résultats restent assez inégaux : en France, par rapport aux États-Unis et au Royaume-Uni, la chute de trafic y est la plus forte avec -76% (-69% pour le Royaume-Uni et -71% pour les États-Unis). En revanche, en terme de transactions, le Royaume-Uni est le plus mal loti avec -92% contre -83% aux États-Unis et en France.

En toute logique, ce sont les acteurs du tourisme local qui tirent leur épingle du jeu contrairement aux acteurs internationaux, un constat d’autant plus flagrant d’un point de vue des transactions avec respectivement une chute des ventes de -79% contre -90%. Confirmant ce bilan, la plus forte progression cette semaine revient aux voyages domestiques et plus particulièrement aux sites de réservations de séjours (+72% d’une semaine à l’autre), le train (+54%) et les hôtels (+41%). Du côté des compagnies aériennes en revanche, il n’y a aucune amélioration, confirmant la tendance : les consommateurs commencent à organiser leurs vacances d’été certes, mais localement.

Cette amélioration montre bien que les consommateurs commencent à se projeter dans le futur et rêvent à leur prochaine escapade. Leur engagement remonte, même si le temps moyen passé par session est toujours en recul de -25% par rapport à la période pré-crise, il a tout de même augmenté de +10% depuis le 10 avril.

 

Report :S'adapter à l'imprévisible

LE DIGITAL EN 2020 Prédictions VS Réalité

Je découvre le report

 

La décoration d’intérieur et les produits high-tech pâtissent du déconfinement

Que ce soit le trafic des sites d’intérieur et de DIY ou de leurs transactions, la baisse est flagrante (respectivement -10% et -12% la semaine dernière). Plusieurs hypothèses sont à envisager : la vague générale de travaux d’intérieur lancée en Avril prend fin alors que chacun a mené à bien les aménagements nécessaires chez soi. La baisse des visites (-7%) des sites high-tech et des transactions (-9%) peut, elle, être liée au fait que désormais, chacun est équipé en ordinateur portable, jeux vidéos et loisirs, l’intérêt et l’appétence se focalisant dorénavant sur d’autres objectifs.


Recevez les dernières mises à jour de l’analyse du Coronavirus dans l’eCommerce.

Auteur

Jean-Marc Bellaiche

Jean-Marc est le Chief Marketing, Partnership & Strategy Officer. Avant de travailler chez Contentsquare, il était Senior VP Strategy and Business Development chez Tiffany & Co de 2014 à 2018. Avant cela, il a été associé principal du Boston Consulting Group (BCG) pendant 22 ans, dans le secteur du luxe, de la beauté et de la mode.